Vous êtes ici

Matériaux

CATS – Cryogenic Automated Transfer System NAOMARQ : Identification par nanoparticules luminescentes KB – KirkPatrick et Baez Suspension Identification et quantification de nanoparticules inhalées Vanne ergol Réservoirs feuilles minces
Les principales filiales impliquées

L’adaptation des matériaux aux contraintes des systèmes est fréquemment décisive pour le respect des cahiers des charges. La connaissance des propriétés des matériaux, mais aussi de leur mise en œuvre, de leur évolution dans le temps est à ce titre déterminante.

ALCEN a acquis une large palette de connaissances en ce domaine.

 

Matériaux métalliques

ASTF s’est spécialisée dans la mise en forme des alliages d’aluminium principalement pour les aéronefs civils et militaires, les installations nucléaires.

SERCS travaille principalement les métaux à base de nickel, de cobalt, de magnésium choisis pour leurs caractéristiques à chaud et leur tenue à la corrosion à haute température notamment pour les moteurs et leur environnement.

ATMOSTAT concentre son expertise matériaux sur des niches d’utilisation notamment scientifique, spatiale et aéronautique avec le béryllium, le niobium, le tungstène, le titane et leurs alliages ainsi qu’avec les aciers martensitiques.

 

Matériaux non métalliques

PMB propose une large gamme d’alumines et de zircones pour tube à rayons X, accélérateurs de particules, implants médicaux, composants de centrales ou réacteurs nucléaires. Les traitements de surface (électrolytique, départiculage…) et thermiques d’oxydation sont intégrés aux process.

BMTI développe des mousses syntactiques, composées principalement d’une base en résine époxy complétée de microsphères creuses. Ces mousses possèdent des caractéristiques mécaniques (particulièrement de résistance à la pression jusqu’à 1000 bars), thermiques, de faible densité et de durabilité différenciantes. Elles sont utilisées pour les sous-marins, les robots ROV, les bouées pour l’industrie pétrolière…

 

Nanomatériaux

NAOMARQ a développé une gamme de nanoparticules luminescentes permettant de signer les produits sur lesquels ou dans lesquels elles figurent. Invisibles à l’œil, mais discernables avec des lecteurs appropriés, elles permettent de lutter contre les contrefaçons.

NANOINSPECT développe un capteur individuel, moyen de surveillance des nanoparticules industrielles inhalées par les travailleurs exposés dans le cadre professionnel.